La journée de travail de 24 heures doit rester limitée à 24 shops

Communiqué de presse du 22 septembre 2013 – Malgré leur campagne engagée, les organisations affiliées à l’Alliance pour le dimanche ont perdu de peu le scrutin référendaire. Grâce à leur campagne de publicité massive, les partisans de cette libéralisation ont su faire croire que l’extension des heures d’ouverture des magasins ne concernait que 24 shops de stations-service.

Les organisations de l’Alliance du dimanche prennent au mot les partisans du projet d’introduction de la journée de travail de 24 heures. Tout au long de la campagne, ils n’ont cessé de dire que l’extension des heures d’ouverture des magasins ne concernait que 24 shops. Nous prenons également au mot le conseiller fédéral Schneider-Ammann qui, lors de l’émission Arena (TV alémanique), a publiquement assuré à plusieurs reprises qu’il n’était «pas question de toucher au principe de l’interdiction du travail de nuit et du dimanche». Nous exigeons à présent que seuls les 24 shops en question puissent bénéficier de l’assouplissement de la loi sur le travail.

Après le verdict des urnes, les autorités et le Parlement ont également une responsabilité à assumer. Les partisans ont su convaincre une très faible majorité de la population, en faisant valoir qu’il s’agissait d’une «question de détail». Nous respectons la volonté populaire et le oui à cette péjoration de la loi sur le travail.

Mais compte tenu de l’importance du camp du non et du profond malaise ressenti par la population, toute nouvelle libéralisation des heures d’ouverture des commerces est absolument exclue à nos yeux. En particulier, la motion Abate qui aboutirait à une généralisation du travail dominical doit être classée. Il serait inacceptable de procéder par voie d’ordonnance à une extension massive du travail du dimanche, scénario que laisse prévoir cette motion.

Les organisations formant l’Alliance pour le dimanche continueront de combattre toute nouvelle extension des heures d’ouverture des commerces. Cette vaste alliance formée des syndicats, des Eglises et d’organisations féminines, de partis politiques, d’organisations de prévention des dépendances ainsi que des médecins du travail continuera à s’engager pour préserver des moments de repos consacrés à la vie sociale et associative. Les organisations membres de l’Alliance expriment leur gratitude à toutes les personnes qui ont activement participé à la campagne de votation et qui ont glissé un non dans l’urne.

Informations complémentaires:

  • Vania Alleva, coprésidente d’Unia, 079 620 11 14
  • Liselotte Fueter, coprésidente des Femmes Protestantes en Suisse, 079 302 45 35
  • Kurt Regotz, président de Syna, vice-président de Travail.Suisse, 079 617 62 94
  • Danièle Lenzin, coprésidente de syndicom, 079 303 24 69
  • Corrado Pardini, conseiller national PS,079 375 60 94
  • Louis Schelbert, Conseiller national Les verts, membre de la CER, 079 730 75 01
  • Aline Trede, conseillère nationale Les verts, 077 411 23 91

Comments are closed.